Les 12 aliments interdits pendant la grossesse

Alimentation grossesse
9 minutes

Partager l'article

L’alimentation est un élément clé lors de la grossesse alors, bien évidemment, les questions fusent ! Quels sont les aliments interdits ? Quels sont ceux qu’il vaut mieux éviter ? Est-ce que certains aliments peuvent représenter un danger pour le fœtus ? Quels sont les risques à court et long terme ?

Les aliments interdits pendant la grossesse : on vous dit tout ?!

Quels sont les aliments interdits pendant la grossesse ?

Afin d’éviter des risques d’infection bactériologique (pour la mère comme pour le fœtus), plusieurs aliments sont malheureusement soumis à une interdiction lors de la grossesse. Et, disons-le tout de suite, elle est loin d’être courte !

Une fois la grossesse diagnostiquée, votre professionnel·le de santé vous transmettra une liste complète des interdictions alimentaires de ces 9 prochains mois. Un sacré défi, on vous l’accorde. Le bon côté, c’est que cette abstinence forcée peut être l’occasion de tester de nouvelles recettes et/ou de reprendre de bonnes habitudes alimentaires.

On vous présente ici les principaux aliments qu’il faudra malheureusement bannir de vos menus (attention, il s’agit bien d’une liste non exhaustive).

?Mais avant ça ! N’hésitez pas à jeter un œil sur l’application May, dans notre outil “Enceinte, est-ce que je peux”, supervisé par Anna Roy (sage-femme et auteure de nombreux livres sur la grossesse). Vous pourrez y retrouver les dernières recommandations concernant les aliments, les boissons et même les produits cosmétiques autorisés ou interdits pendant la grossesse.

?La charcuterie (crue et cuite)

Ah, la charcuterie ! On aimerait vous dire qu’elle est autorisée, et pourtant… C’est la première déception de la liste. En effet, la charcuterie est fortement déconseillée : elle vous expose, le bébé et vous, à des risques de toxoplasmose et de listériose (on vous détaille ces deux infections plus bas). Au revoir donc jambons crus ou fumés, saucissons, rillettes, pâtés, bacon, foie gras, mousse de canard et autres habitués de la table d’apéritif.

?La viande

La consommation de viande crue est fortement déconseillée pendant la grossesse. Les viandes crues sont susceptibles de contenir des bactéries à l’origine de la listériose et de la toxoplasmose : donc pas de tartare de bœuf, ni de carpaccio ou de viandes à la coupe.

En revanche, vous pouvez manger presque toutes les viandes, si elles sont bien cuites. En théorie, une cuisson à 67°C à cœur suffit à tuer toutes les bactéries. En pratique, sachez que la couleur de votre viande à cœur doit être beige pour les viandes rouges (bœuf, agneau, porc, lardons, saucisses, gibier, boudins, abats) ou blanche (veau, volaille, lapin). Ce qui veut dire… Bonjour la blanquette et le bourguignon (vous voyez, il n’est pas si triste le menu d’une femme enceinte) !

❗Attention cependant : le foie est strictement interdit pour une femme enceinte. En effet, il contient beaucoup trop de vitamine A. Cette dernière est très nocive pour le fœtus, surtout si vous en consommez souvent.

gif SEO

?Les œufs crus non pasteurisés

Pour ce qui est des œufs, tout est une question de cuisson. Les œufs crus sont susceptibles de contenir la bactérie à l’origine de la salmonellose (une infection dont les conséquences peuvent aller jusqu’à la fausse couche).

Les œufs crus sont donc à proscrire, comme toutes les recettes qui en contiennent. On pense à la pâte crue, à la mayonnaise faite maison, les œufs mollets ou pochés, la mousse au chocolat maison, les omelettes baveuses, le tiramisu, la crème caramel, la béarnaise maison, la sauce aïoli, île flottante, etc.

En revanche, vous avez droit aux œufs bien cuits : aux œufs durs, aux omelettes ou œufs brouillés bien cuits, aux quiches, aux gâteaux à base d’œufs s’ils sont bien cuits au four… Oh ! Et le meilleur pour la fin : la plupart des produits industriels sont faits à partir d’œufs pasteurisés, vous pouvez y aller les yeux fermés !

?Les graines et pousses germées

Là encore, c’est non ! Pour les adeptes de graines de soja germées, de luzerne, de pousses de trèfles, radis ou haricots mungo, il faudra malheureusement attendre quelques mois.

?Les poissons

Il est l’heure d’entamer la difficile question du poisson enceinte. Difficile parce que la réponse s’apparente à quelque chose comme : “oui et non, enfin, ça dépend”. Concrètement :

  • Le poisson cru : fortement déconseillé à cause des risques de listériose. Le surimi, tartare de saumon ou tartare de thon, les sushis, le thon cru et autres attendront.
  • Le poisson fumé : là encore, il est déconseillé de manger du poisson fumé enceinte, pour les mêmes raisons que le poisson cru. Fumer un poisson n’équivaut pas à le cuire (minimum 65°C pour une cuisson efficace) : au revoir donc saumon fumé !
  • Les œufs de poissons : étant consommés crus, là encore, c’est un triste veto pour les œufs de lump et le tarama.
  • Certains poissons sont susceptibles de contenir du mercure. Il est déjà déconseillé d’en consommer en temps normal alors enceinte… C’est un non plus grand encore. Sont concernés (entre-autre) : le requin, l’espadon, le marlin, le lamproie, le barbeau, la silure… Retrouvez la liste complète sur l’ANSES.

?Coquillages et crustacés

Comme pour les œufs, avec les coquillages et les crustacés, tout dépend de la cuisson. Crevettes, crabes, langoustes, palourdes, huîtres, moules… : si la chair est bien blanche (et nacrée pour les coquillage), alors elle peut être consommée par une femme enceinte. En revanche, crus ou en ceviche : c’est déconseillé, encore une fois à cause des potentielles bactéries.

?Les fruits et légumes

Vous doutez certainement déjà de la réponse : c’est oui ! Vous pouvez manger des fruits et légumes enceinte : fraise, raisin, banane, orange, pomme, pomme, poire, pastèque, kiwi, tomate, aubergine, courgette, carotte, poireaux, endive… Faites-vous plaisir et n’hésitez pas à varier avec les saisons !

La seule petite condition, c’est de veiller à bien retirer la peau. En effet, elle est susceptible d’avoir été en contact avec des bactéries ou des produits chimiques (comme des pesticides).

?Le fromage

Nous n’allions tout de même pas faire l’impasse sur un élément aussi important sur la table de bien des français·e·s. Alors… Est-ce qu’on peut oui ou non manger du fromage enceinte ? La réponse est oui ! En tout cas pour certains. Pour résumer :

  • Les fromages à base de lait pasteurisés : le fromage frais aux herbes (type Boursin), la fêta, le fromage de chèvre sans croûte fleurie, le mascarpone, la mozzarella, le fromage à tartiner (type Kiri ou ricotta)… c’est oui !
  • Les fromages à pâte dure (affinés d’au moins 6 mois) : sont également autorisés (comté, cheddar, edam, emmental, gouda, gruyère, parmesan, pecorino, provolone, manchego, tomme…).

En revanche, sont interdits :

  • Les fromages au lait cru : brie de Meaux, beaufort, camembert (au lait cru), Saint-Nectaire, reblochon, chaume, chèvre au lait cru, coulommiers, emmental au lait cru, Pont l’Evêque, crottin de Chavignol, maroilles, vacherin fribourgeois, Mont d’Or…
  • Les fromages à pâte molle à croûte fleurie : brillât savarin, brique de chèvre ou de brebis…
  • Les fromages à pâte persillée : bleu d’Auvergne, fourme d’Ambert, gorgonzola, roquefort, Stilton…

?Autres produits laitiers

Là, c’est une excellente nouvelle que nous vous annonçons ! Tous les produits laitiers à base de lait pasteurisé (yaourts, faisselles, crème fraîche, fromage blanc…) sont autorisés pendant la grossesse. En revanche, ceux à base de lait cru sont eux fortement déconseillés.

?️La nourriture épicée

Il n’y a aucune contre indication en ce qui concerne les produits épicés ! C’est à vous de voir. Alors, bien sûr, cela ne veut pas dire que vous devez tenter de vous inscrire à un concours de mangeurs de piments, mais un petit chili de temps à autre ne vous fera pas de mal.

? Les sucreries

Alors oui, enceinte, il peut nous prendre des envies de bonbons, de chocolat, de sucettes, de soda (coca, limonade…), et que sais-je encore. Eh bien bonne nouvelle : tout cela est autorisé, dans la limite du raisonnable bien évidemment.

En effet, une consommation excessive de sucre risque d’entraîner un diabète gestationnel, ce qui peut avoir de graves conséquences sur le fœtus. Heureusement, votre suivi de grossesse comprend des prises de sang et des analyses d’urines, qui permettent de le repérer en amont.

?Le miel

On entend souvent dire que le miel est déconseillé aux femmes enceintes… Mais non ! Vous pouvez tout à fait manger du miel durant votre grossesse. Si la rumeur s’est répandue, c’est parce que, oui, le miel contient une bactérie qui peut provoquer le botulisme.

Or, passé l’âge d’un an, l’intestin contient lui aussi des bactéries, qui protègent le corps de cette toxine. De plus, les risques que cette bactérie soit transmise à votre bébés sont très faibles. Vous pouvez donc en consommer enceinte.

Et voilà ! Vous avez déjà un bon aperçu de la liste d’interdits alimentaires enceinte. N’hésitez pas à consulter votre professionnel·le de santé ou un·e nutritionniste pour qu’il ou elle vous aide dans la mise en place de ce tout nouveau régime alimentaire.

Et s’il vous reste des questions sur le sujet, n’hésitez pas à télécharger l’application May. Une équipe de médecin et de sages-femmes vous répond 7j/7 de 8h à 22h.

aliments interdits pendant la grossesse

Pourquoi certains aliments sont interdits pendant la grossesse ? Quels sont les risques pour la mère et le fœtus ?

Nous y avons fait allusion un peu plus tôt : si certains aliments sont interdits lors de la grossesse, c’est parce qu’ils comportent des risques bactériologiques pour le fœtus. On compte trois grandes catégories d’infections alimentaires.

La toxoplasmose

La toxoplasmose est une infection causée par un parasite. Elle est bénigne et asymptomatique pour une femme enceinte. De ce fait, cette dernière ne sait généralement pas lorsqu’elle l’attrape.

La toxoplasmose n’est pas contagieuse entre les humains. Vous pouvez l’attraper en mangeant de la viande crue ou peu cuite d’un animal contaminé (le porc et le bœuf sont les viandes les plus à risque) ou en étant au contact direct d’un chat contaminé et de sa litière par exemple.

La toxoplasmose fait partie des maladies infectieuses à éviter car elle a la capacité de traverser la barrière placentaire. Une fois le fœtus infecté, on parle de toxoplasmose congénitale. Elle peut entraîner un déficit visuel mais également des anomalies du développement du cerveau, un retard psychomoteur ou un accouchement prématuré dans les cas les plus graves.

La listériose

La listériose est une maladie liée à la bactérie appelée listéria. Elle est très répandue dans les maisons et les frigos (elle résiste très bien au froid) et a une grande capacité à coloniser les aliments. Le meilleur moyen de ne pas la contracter est d’éviter de consommer des aliments ayant un risque particulièrement élevé, c’est-à-dire, les aliments crus.

La listériose comporte des risques de fausses couches, d’accouchement prématuré ou d’infections néonatales graves pour la femme enceinte. C’est pourquoi le régime alimentaire d’une femme enceinte est aussi surveillé et qu’il comporte tant d’interdits.

La salmonellose

La salmonellose est une infection bactérienne (provoquée par la une bactérie, la salmonella). La salmonella est présente dans l’intestin des animaux et est transmise à l’homme par le biais d’aliments contaminés.

La salmonellose est responsable de gastro-entérites aiguë c’est-à-dire de fièvre, diarrhée, vomissements, douleurs abdominales. Les symptômes de la salmonellose se manifestent environ 12 à 36 heures après l’ingestion de l’aliment contaminé et durent environ 3 jours à 7 jours. Il y a donc des risques de déshydratation pour la femme enceinte.

Dans de rares cas, la mère contaminée par l’infection peut transmettre la maladie au fœtus.

Comment s’assurer d’avoir une alimentation saine et équilibrée pendant la grossesse sans consommer d’aliments interdits ?

Lors de la grossesse, beaucoup de futures mamans sont convaincues qu’il faut manger en plus grande quantité. Mais il faut distinguer les besoins nutritionnels (qui ne changent presque pas) des besoins énergétiques (qui sont en effet augmentés avec la grossesse) !

➡️Les besoins nutritionnels, c’est la quantité d’aliments bruts que l’on mange.
➡️Les besoins énergétiques, c’est la quantité de nutriments nécessaires à l’organisme.

Il ne s’agit donc pas de “manger pour deux” pour la future maman en doublant la portion de ses plats. Il s’agit surtout de d’augmenter progressivement ses apports énergétiques, en fonction de son trimestre :

  • 70 kcal au premier trimestre,
  • 260 kcal au deuxième trimestre,
  • 500 kcal au troisième trimestre.

Concrètement : il faut mieux manger pour vous deux. Mais alors, comment faire ? Une alimentation équilibrée pendant la grossesse, c’est avant tout une alimentation qui respecte vos besoins.

Lipides et glucides

Les besoins en lipides et en glucides n’augmentent pas lors de la grossesse, ils sont équivalents à vos besoins nutritionnels habituels.

➡️La famille des glucides est principalement composée de fruits, de sucres et de féculents. Pendant la grossesse, il est conseillé de consommer des féculents à chaque repas et d’en ajouter à une à deux collations dans la journée si vous le souhaitez.

En fin de grossesse, il est préférable de privilégier les céréales complètes ou semi-complètes et les légumineuses (lentilles, haricots secs, pois chiche…) car ce sont des aliments riches en fibres qui peuvent limiter l’apparition d’une constipation.

➡️Les lipides correspondent, quant à eux, aux matières grasses. Bien qu’ils soient très souvent diabolisés, ils sont indispensables pour vous et votre bébé. Les oméga 3 que l’on retrouve dans les poissons gras comme le thon ou le saumon sont essentiels au développement cognitif et moteur de votre enfant. Pour couvrir ces besoins, n’hésitez pas à consommer des matières grasses d’origine végétale comme l’huile d’olive, de noix ou de colza.

Les protéines

Les besoins en protéines sont les seuls qui peuvent augmenter quantitativement pendant la grossesse car ils permettent de couvrir les apports nécessaires à l’allaitement et à la croissance du fœtus.

Les femmes enceintes ont besoin de protéines animales (viande, poisson, œufs, produits laitiers) ou végétales. Toutefois, souvenez-vous, la consommation de protéines crues, fumées ou marinées est contre-indiquée afin de limiter les risques bactériologiques tels que la listériose, la toxoplasmose ou la salmonellose.

Vitamines et minéraux

Les besoins en vitamines augmentent durant la grossesse. La vitamine C (retrouvée dans les fruits et légumes crus) et la vitamine D (présente dans les poissons gras et produits laitiers non écrémés), sont essentielles. Sachez qu’une supplémentation en vitamine D est systématiquement proposée à la fin du 2ème trimestre de grossesse par le·la professionnel·le de santé.

Les vitamines sont particulièrement importantes car ce sont elles qui permettent l’absorption du fer et du calcium : les deux minéraux indispensables lors de la grossesse. Pour couvrir les besoins en fer, il est conseillé de consommer de la viande rouge, des œufs, du poisson et des légumes secs avec un filet de jus de citron. N’hésitez pas à consommer 3 produits laitiers par jour mais aussi des amandes ou des noix.

Ces interdictions alimentaires ne sont pas toujours évidentes, surtout quand vous réalisez que vous devez vous priver d’un aliment que vous affectionnez particulièrement ou que vous consommez régulièrement. Dites-vous que ce léger changement dans vos habitudes, c’est avant tout pour préserver votre santé et celle de votre bébé. Une fois l’accouchement terminé, à vous les fruits de mer, les crudités et les charcuteries !

Pour aller plus loin ?

Écrit par Sonia Monot avec les expert·e·s May.

Notre astuce
  • Pendant la grossesse, une alimentation équilibrée est essentielle pour la santé de la femme enceinte et le bon développement du bébé à naître.
  • Certains aliments sont à éviter pour limiter les risques de toxoplasmose, de listériose et d’autres infections alimentaires pouvant affecter le fœtus.
  • Il est recommandé de privilégier les aliments cuits plutôt que crus, en évitant notamment la charcuterie, les viandes crues, les œufs crus, les poissons crus ou fumés, les fromages au lait cru, les fruits de mer crus, et les produits laitiers non pasteurisés.
  • Les femmes enceintes doivent également veiller à leur consommation de vitamines, minéraux et protéines, tout en limitant la consommation d’alcool et en favorisant la consommation d’eau et de légumes.
  • Pour des conseils personnalisés, il est recommandé de consulter un·e médecin ou un·e nutritionniste spécialisé·e en nutrition pendant la grossesse.

Écrit par Equipe May . Publié le 04 mars 2024
L'équipe May est un collectif de professionnel·les de santé et de rédacteurs·trices. Elle est notamment composée d'infirmières puéricultrices, de sages-femmes et de médecins.

Inscrivez-vous
à notre newsletter
pour tout savoir sur votre grossesse

Vous serez ainsi alerté lors de la publication de nouveaux articles.

Je m'inscris à la newsletter
May Santé

Ces ressources pourraient vous intéresser