Jusqu’à quel âge poursuivre l’allaitement ?

Allaitement
6 minutes

Partager l'article

L’allaitement maternel est un mode d’alimentation très bénéfique, d’ailleurs, ses nombreuses vertus pour la santé des enfants allaités ne sont aujourd’hui plus à prouver. Pour les mamans qui ont choisi cette méthode de nombreuses questions se posent dont une en particulier : jusqu’à quel âge doit-on poursuivre l’allaitement ?

On vous dit tout sur la durée de l’allaitement prolongé 👇 !

Quelle est la durée recommandée de l’allaitement maternel exclusif ?

L’OMS et l’UNICEF recommandent l’allaitement maternel exclusif durant les 6 premiers mois de vie du nourrisson. En effet, le lait maternel apporte toute l’énergie et les nutriments dont le nourrisson a besoin pendant cette période. Il permet également de prévenir les infections (diminution des risques d’infection des voies respiratoires supérieures et gastro-intestinales), il joue un rôle protecteur contre l’obésité infantile et permet d’accélérer l’apparition des tranchées après l’accouchement chez les mères allaitantes.

💡Les tranchées correspondent aux contractions post accouchement. Elles ont une double utilité : empêcher des saignements trop importants et rétracter l’utérus afin qu’il retrouve sa taille d’avant grossesse. Votre utérus ne retrouvera sa taille “normale” qu’à la faveur de centaines voire de milliers de contractions (rassurez-vous, seule une petite partie de ces contractions seront perçues comme douloureuses).

Lorsque les enfants tètent, la production d’ocytocine se déclenche dans le corps de la maman. L’ocytocine va stimuler la montée de lait et accélérer les contractions utérines. Les tranchées se retrouvent souvent amplifiées lors des tétées. Ce qui signifie que l’utérus se rétracte beaucoup plus lors de l’allaitement.

A l’âge de 6 mois, la diversification alimentaire peut débuter mais le lait maternel continue de couvrir plus de la moitié des besoins nutritionnels du bébé jusqu’à ses 1 an. Il couvre ensuite jusqu’à un tiers de ses besoins nutritionnels lors de sa deuxième année de vie. Rien ne vous empêche de poursuivre ou d’arrêter l’allaitement juste après les 6 mois recommandés. Le choix de la durée de l’allaitement vous appartient !

Certaines mamans prennent la décision de ne pas allaiter du tout. Lorsque les bébés ne sont pas allaités, ils sont alimentés grâce à du lait artificiel pour les nourrissons fabriqué à base de lait de vache. Ce lait en poudre pour bébé est un substitut au lait maternel, spécifiquement adapté pour répondre aux besoins nutritifs du bébé. Alors si vous optez pour un allaitement au lait infantile, ne culpabilisez pas !

Attention à ne pas donner de lait de vache à votre bébé avant 1 an.

Jusqu’à quel âge puis-je poursuivre l’allaitement de mon enfant ?

Et si la maman veut poursuivre l’allaitement ? La poursuite de l’allaitement peut avoir lieu jusqu’aux 2 ans de votre bébé et même au-delà si des aliments complémentaires sont intégrés au régime alimentaire de votre enfant.

En effet nous l’avons vu, plus votre enfant grandit et moins l’allaitement maternel exclusif couvre la totalité de ses besoins nutritifs. Il est donc important de penser à introduire des aliments petit à petit.

Quels sont les avantages et inconvénients d’un allaitement prolongé ?

Un allaitement maternel prolongé n’a pas d’inconvénient pour le bébé. Plusieurs des effets bénéfiques lors de la pratique de l’allaitement sont liés à sa durée et son exclusivité. Pour faire simple, plus l’allaitement exclusif dure longtemps, plus les effets bénéfiques sur les enfants sont considérés comme importants.

En revanche, l’allaitement, les tétées et l’entretien de la lactation demandent du temps, de l’organisation, de l’énergie et de la disponibilité pour la mère, ce qui pourrait constituer un inconvénient au fil du temps.

gif SEO

Comment continuer à produire du lait sur le temps long ?

L’allaitement des enfants sur le long terme est tout à fait possible, à condition de continuer à stimuler votre lactation pour produire suffisamment de lait. Si votre bébé continue à téter régulièrement, la production de lait maternel se poursuit et vous pouvez continuer à allaiter.

N’hésitez pas à maintenir un rythme de 3 tétées par jour et à utiliser un tire-lait pour stimuler vos seins et favoriser le réflexe d’éjection si vous êtes en pleine reprise du travail par exemple. En plus, cela peut vous permettre de prévoir des biberons d’avance pour quand vous faites garder votre bébé.

💡Un point sur l’allaitement et la reprise du travail :

  • Commençons par le commencement : tirer son lait ou allaiter au travail, c’est possible ! Il n’y a aucune obligation de sevrer son bébé pour la reprise du travail.
  • Tirer son lait au travail aide au maintien de la lactation, réduit le risque d’engorgement et limite les fuites de lait. Cela peut également vous permettre de constituer les réserves de lait pour votre bébé. Chaque jour vous aurez ainsi l’occasion de tirer la quantité dont votre bébé aura besoin le lendemain
  • Permettre de tirer son lait au travail est une obligation légale pour l’employeur. L’article L.1225-30 du Code du Travail prévoit que pendant la première année du bébé, la mère doit pouvoir bénéficier d’une heure par jour pendant ses heures de travail pour allaiter et/ou tirer son lait. Les entreprises de plus de 100 salariés doivent également mettre à disposition des locaux dédiés.
  • Il vous faudra prévoir une solution adéquate pour stocker et transporter votre lait : si vous avez accès à un réfrigérateur au travail, conservez le lait dedans. Pour le transport, une pochette isotherme avec des pains de glace permettra de maintenir la chaîne du froid.

Comment gérer les critiques de mon entourage sur l’allaitement prolongé ?

L’avis de votre entourage concernant votre allaitement prolongé vous pèse sur le moral ? Nous le comprenons tout à fait. Les parents sont souvent confrontés à l’avis de leur entourage concernant l’éducation ou encore l’alimentation des enfants.

Néanmoins, il est important que personne ne remette en cause vos choix concernant votre enfant. Vous et vous seule (avec votre co-parent) savez ce qui est bon pour votre bébé. Les vertus de l’allaitement sur les bébés ne sont plus à démontrer (il favorise le peau à peau, la prise de poids du bébé, la transmission d’anticorps…) et la pratique de l’allaitement est plus que recommandée pour les mamans.

Allaiter un bébé ou non relève du choix de la mère ou des parents. Si vous estimez que vous avez l’envie et la force de continuer à allaiter votre enfant, ne vous en privez pas 🤱! Aussi, n’hésitez pas à vous octroyer des pauses en passant du temps avec des personnes de confiance, qui se passeront de commentaires peu agréables ou agaçants.

Comment savoir si mon nourrisson est prêt à arrêter l’allaitement ?

Il arrive que la fin de l’allaitement provienne de la volonté des bébés allaités. C’est ce que l’on appelle le sevrage naturel, par opposition au sevrage planifié (à l’initiative du parent). Le sevrage naturel est, de ce fait, plus simple car le bébé exprime seul sa volonté de mettre un terme à l’allaitement en refusant le sein.

Qu’en est-il lors du sevrage planifié ? Comment savoir si le bébé est prêt ?

Vers l’âge de 6 mois, les bébés ont déjà débuté la diversification alimentaire afin d’obtenir des apports nutritifs adaptés à sa croissance. Ce changement de régime alimentaire représente une véritable étape dans sa vie, il découvre de nouvelles sensations alimentaires, bien différentes des tétées qu’il connaissait jusque-là.

Il est généralement conseillé de ne pas débuter le sevrage du lait maternel à ce moment-là. Si vous le pouvez, tentez d’arrêter l’allaitement maternel exclusif avant ou après la diversification mais pas pendant l’introduction.

Si vous avez des questions à ce sujet, n’hésitez pas à télécharger l’application May. Une équipe d’infirmières puéricultrices et de pédiatres vous répond 7j/7 de 8h à 22h.

Que faire pour arrêter l’allaitement en douceur ?

L’ocytocine et la prolactine sont les deux hormones qui déclenchent l’écoulement et la production de lait maternel afin de nourrir le bébé. Lorsque le sein de la mère qui allaite n’est pas stimulé par la succion du bébé ou par l’extraction par tire-lait, la prolactine ne peut pas se libérer et la lactation ne peut pas se mettre en place.

Le meilleur moyen pour arrêter l’allaitement est le sevrage progressif de votre bébé allaité. N’hésitez pas à remplacer la tétée de fin d’après-midi de votre bébé par un biberon de lait infantile (ou de lait de vache homogénéisé à 3,25% de matières grasses vers 9 à 12 mois). Vous allez en fait mettre progressivement en place une sorte d’allaitement mixte, c’est-à-dire une alternance entre allaitement au sein et biberons de lait infantile pour ne pas stopper l’allaitement de manière trop brutale.

Un sevrage précoce de l’allaitement peut créer des problèmes d’engorgement. Les mamans allaitantes peuvent alors faire face à une mastite (une inflammation du sein). Si vous présentez des mamelons douloureux à la suite d’un engorgement, nous vous conseillons de consulter un·e professionnel·le de santé (sage-femme, infirmière puéricultrice consultante en lactation ou encore un·e pédiatre pour anticiper les effets que cela pourrait avoir sur votre nourrisson allaité).

L’introduction du biberon se fait généralement à la même heure, tous les jours, afin que le corps comprenne que le sein ne sera plus sollicité et que le bébé se détache peu à peu du sein. Avec le temps, vous pourrez remplacer de plus en plus de tétée. Les professionnel·le·s de santé estiment qu’il faut au moins 1 mois pour sevrer votre nouveau-né ou votre bébé en douceur. Avec le temps, le bébé ne réclame plus le sein.

Les mères qui allaitent se posent généralement beaucoup de questions concernant le processus d’arrêt de l’allaitement. A quel moment ? Par quel moyen ? Cela varie énormément en fonction des femmes et des bébés allaités. Rassurez-vous, vous saurez quand ce sera le moment opportun pour arrêter l’allaitement naturel de votre bébé 🤗.

Notre astuce
  • L’OMS et l’UNICEF recommandent l’allaitement maternel exclusif pendant les 6 premiers mois de vie du nourrisson.
  • Cependant, l’allaitement peut être poursuivi jusqu’à 2 ans, voire au-delà, tant que des aliments complémentaires sont introduits dans l’alimentation du bébé.
  • Allaiter au-delà des 6 premiers mois présente de nombreux avantages pour le bébé, notamment en termes de protection contre les infections et d’apport nutritionnel.
  • Pour arrêter l’allaitement en douceur, un sevrage progressif est recommandé, en remplaçant progressivement les tétées par des biberons de lait infantile (ou de lait de vache si votre bébé a plus d’un an).
  • La durée et le mode d’allaitement sont des choix personnels qui appartiennent aux mères.
  • Si des questions se posent sur le sevrage ou l’allaitement prolongé, il est recommandé de consulter un·e professionnel·le de santé.

Écrit par Equipe May . Publié le 25 April 2023
L'équipe May est un collectif de professionnel·les de santé et de rédacteurs·trices. Elle est notamment composée d'infirmières puéricultrices, de sages-femmes et de médecins.

Inscrivez-vous
à notre newsletter
pour mieux appréhender les premières semaines avec votre bébé

Vous serez ainsi alerté lors de la publication de nouveaux articles.

Je m'inscris à la newsletter
May Santé

Ces ressources pourraient vous intéresser