Fausse couche : peut-on en réduire le risque ?

Début de grossesse
Psychologie grossesse
4 minutes

Partager l'article

Perdre un bébé est une expérience douloureuse à vivre pour tout parent. La fausse couche correspond à l’arrêt spontané d’une grossesse en cours et bien qu’il ne s’agisse pas d’un sujet évident à traiter, il est important d’en faire la prévention. Existe-t-il des moyens pour réduire les risques de fausse couche chez la femme enceinte ?

On vous dit tout dans cet article.

Quels sont les facteurs de risque de fausse couche ?

Avant de déterminer les facteurs de risques, il est important de s’intéresser aux causes les plus régulières de survenue de la fausse couche :

  • L’anomalie du développement de l’embryon est la première cause de fausse couche. Il s’agit d’une anomalie génétique qui survient au cours des divisions cellulaires. L’embryon est alors non viable et cesse naturellement d’évoluer. Le risque d’anomalies génétiques augmente avec l’âge des parents, notamment avec l’âge maternel. Les risques de fausse couche sont un peu plus élevés pour les femmes de plus de 35 ans.
  • Le cas particulier de “l’oeuf clair” dans lequel les membranes et le placenta se développent sans qu’un embryon ne se soit formé. Les hormones de la grossesse sont présentes car le test de grossesse est positif et les symptômes de grossesse sont ressentis par la patiente, mais il n’y aura aucune évolution de la grossesse.
  • Les facteurs liés à la santé de la mère peuvent avoir une influence sur l’évolution de la grossesse. C’est notamment le cas de l’obésité, des infections, des anomalies de l’utérus, du col de l’utérus et des maladies chroniques préexistantes mal équilibrées comme le diabète, les problèmes hormonaux, l’hypothyroïdie et les troubles de la coagulation.

Lorsqu’elle n’est pas le résultat d’un phénomène naturel que l’on ne peut pas maîtriser, la fausse couche peut s’expliquer par des facteurs extérieurs, d’où l’importance de la prévention. D’après les professionnel.le.s de santé, plusieurs facteurs peuvent constituer un risque :

  • les facteurs environnementaux
  • une anémie par carence en vitamine B12 (cobalamine) et B9 (acide folique)
  • le tabagisme
  • l’alcoolisme
  • la consommation de drogues (notamment l’héroïne, la cocaïne et les amphétamines : les cas de toxicomanie augmente significativement les risques de fausse couche)
  • la consommation excessive de café
  • une infection (toxoplasmose, listériose, salmonellose, rubéole…)
  • la prise de médicaments contre-indiqués lors de la grossesse
  • l’exposition à des produits toxiques et chimiques

Les fausses couches liées à une anomalie génétique de l’embryon ne peuvent malheureusement pas être évitées…Toutefois, il est bel et bien possible de réduire le risque de fausse couche par le biais de petits gestes au quotidien et de mesures hygiéno-diététiques. C’est pourquoi, il est très important que vous suiviez les conseils de votre sage-femme ou de votre médecin concernant votre grossesse c’est-à-dire : limiter votre consommation de café, ne pas boire d’alcool et ne pas fumer, proscrire toute drogue et respecter la liste des contre-indications alimentaires remise par votre professionnel.le de santé afin d’éviter les maladies infectieuses d’origine alimentaire.

Si vous avez des questions à ce sujet, n’hésitez pas à télécharger l’application May. Une équipe de sage-femmes vous répond 7j/7 de 8h à 22h.

Y’a-t-il des aliments à éviter pour diminuer les risques de fausse couche ?

Une infection alimentaire pouvant augmenter les risques de fausse couche, il est nécessaire de perpétuer une bonne hygiène de vie et, de ce fait, une bonne hygiène alimentaire. Plusieurs aliments sont soumis à une interdiction lors de la grossesse. Une liste des interdictions alimentaires vous a normalement été transmise par votre professionnel.le de santé lors d’un de vos premiers rendez-vous de suivi de grossesse. Au-delà d’éviter les infections bactériologiques telles que la toxoplasmose, la listériose ou la salmonellose, ces contre-indications visent également à réduire les risques de fausse couche. Toutes ces mesures sont mises en place afin de favoriser votre santé et celle de votre bébé.

💡 Si vous suivez un régime végétarien, un régime végétalien ou un régime sans gluten, n’hésitez pas à poser des questions à votre professionnel.le de santé lors de vos examens pour en connaître les particularités et en savoir davantage sur les conséquences et les aspects à prendre en compte pour votre grossesse (potentielle intégration de compléments en fer, en vitamines D, en zinc, en oméga-3…)

gif SEO

L’exercice physique peut-il augmenter le risque de fausse couche ?

La pratique d’une activité physique n’augmente pas le risque de fausse couche, bien au contraire. L’exercice physique diminue les risques de fausse couche, sauf dans le cas des sports à risques de chutes que vous ne maîtrisez pas bien (comme le patinage ou le ski). Ne vous privez donc pas de pratiquer une activité sportive si vous le souhaitez et que vous n’avez aucune contre-indication de votre médecin. Si vous n’êtes pas férue de sport, la marche reste une alternative pour rester active.

Est-ce que le stress peut causer une fausse couche ?

Selon certaines études, le stress pourrait augmenter le risque de fausse couche d’environ 40%. Les facteurs psychologiques pourraient avoir un impact sur la grossesse et l’apparition d’éventuelles complications. Différents facteurs peuvent entraîner l’apparition du stress chez la femme enceinte : des antécédents médicaux traumatisants lors d’une précédente grossesse, des problèmes sociaux, des préoccupations financières et familiales, des problèmes dans le couple, une surcharge de travail, etc. Lors de la grossesse, la santé physique de la femme enceinte est souvent mise en avant mais la santé mentale est tout aussi importante. N’ayez pas peur de faire part de vos craintes à votre médecin ou à un psychologue, ils seront d’une grande écoute et pourront à la fois vous guider et vous accompagner dans vos premiers pas vers la parentalité.

Quels sont les symptômes d’une fausse couche et comment les reconnaître ?

Il est difficile de se fier aux symptômes de la fausse couche. Certains peuvent même être des symptômes de grossesse. Voici une liste des symptômes les plus décrits lors d’une fausse couche :

  • Les saignements vaginaux rouges, rosés ou bruns de faible ou de forte abondance qui peuvent être fluides ou sous forme de caillots. Rendez-vous directement aux urgences en cas de saignements trop abondants !
  • Les douleurs pelviennes : synonymes de contractions utérines, elles s’apparentent aux douleurs ressenties lors des menstruations.
  • Des douleurs dans le bas du dos (sensation diffuse et constante)
  • La disparition franche des symptômes de grossesse tels que la nausée, les vomissements ou les douleurs mammaires.

❗ Consultez directement un.e médecin si vous observez un ou plusieurs de ces symptômes car ils constituent des signes d’alerte.

Les fausses couches sont souvent passées sous silence… Pourtant, il est essentiel d’en faire la prévention afin que vous puissiez être renseignés sur cette possibilité et que vous obteniez une surveillance médicale adaptée !


Écrit par Equipe May . Publié le 30 mai 2023
L'équipe May est un collectif de professionnel·les de santé et de rédacteurs·trices. Elle est notamment composée d'infirmières puéricultrices, de sages-femmes et de médecins.

Inscrivez-vous
à notre newsletter
pour tout savoir sur votre grossesse

Vous serez ainsi alerté lors de la publication de nouveaux articles.

Je m'inscris à la newsletter
May Santé

Ces ressources pourraient vous intéresser